Get Adobe Flash player

Conférence Débat

LA ROCHELLE
10 octobre 2014

"Le Droit Humain, 121 ans d'Humanisme en Mixité"

Michel MELEY
Président du Conseil National

Elisabeth GUEMENE
1er Vice-Président du Conseil National

Rejoindre le DH

Un Ordre maçonnique
au carrefour
de la Tradition et de la Modernité


 et livret ci-après en cliquant sur la photo:
 

ACTU

Au Journal Officiel du 8 mai 2014

Décrets, Arrêtés et circulaires
Ministère de la Culture et de la Communication
Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2013

 " Paris 13e arr. – Le siège du Droit humain international sis 5, rue Jules-Breton, en totalité (cad. AR. 36, cf. plan annexé à l’arrêté) : inscription par arrêté du 1er juin 2013."

Cet immeuble était la demeure de Georges MARTIN, le Co fondateur de l'Ordre Maçonnique Mixte International Le DROIT HUMAIN.
(léguée au DHI au décès de celui-ci)

Dernière Minute ...

Communiqué du Conseil National de la Fédération Française
de l’Ordre Maçonnique Mixte International
LE DROIT HUMAIN

 
 

« HE FOR SHE »

 

« He for she » (« Lui pour elle ») est le nom du mouvement de solidarité qui appelle les hommes à se mobiliser aux côtés des femmes dans leur lutte pour l’égalité des sexes.
La campagne pour ce mouvement a été lancée le 20 septembre 2014 à la tribune de l’ONU par Emma Watson, nommée ambassadrice de bonne volonté pour les droits des femmes par les Nations Unies.

Dans son discours, Emma Watson encourageait les hommes à rejoindre ce mouvement de solidarité. Elle affirmait que l’égalité hommes/femmes ne doit pas rester un combat exclusivement féministe : les hommes doivent y engager leur responsabilité.

Les Francs-Maçons du DROIT HUMAIN se réjouissent de cet appel : l’idée portée par ce mouvement de solidarité qui veut rassembler hommes et femmes pour construire leur réelle égalité a présidé à la création du Droit Humain, il y a 120 ans.

En authentiques précurseurs, Georges Martin et Maria Deraismes ont voulu que les femmes accèdent à l’initiation maçonnique au même titre que les hommes. En fondant, en 1893, le DROIT HUMAIN, premier Ordre Maçonnique mixte, ils proclamaient « l’égalité absolue de l’homme et de la femme » et affirmaient leur conviction qu’il ne peut y avoir de progrès de l’humanité sans le travail conjugué des hommes et des femmes.
 


A voir !

CONFERENCE PUBLIQUE

samedi 18 octobre 2014
9, rue Pinel - 75013 PARIS

14h00

avec

Jean-Louis DEBRE
Président du Conseil Constitutionnel

Valérie BOCHENEK


sur le thème

" Ces femmes qui ont réveillé la France "

diffusion en direct sur ce site
 

 

Inscriptions obligatoires sur contact@apfdh.org
ou
01.44.08.62.62

 

********************************************************************************

 

Les 20 et 21 Septembre, dans le cadre des « Journées du patrimoine », la Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN aura, comme chaque année le plaisir d’accueillir des visiteurs en ses locaux 9, Rue Pinel 75013 – Paris

Avec ses 17000 Sœurs et Frères en France, plus du double dans le monde, LE DROIT HUMAIN, obédience historique de la mixité, proclame l’égalité de l’homme et de la femme qui doivent « parvenir sur toute la terre à bénéficier d’une façon égale de la justice sociale dans une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles ».

Que d’opiniâtreté fut nécessaire, que de courage, que de combats menés avant même la « Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne » par Olympes de Gouges le 14 Septembre 1791…..que de luttes depuis, dans lesquelles s’illustrèrent les Sœurs du Droit Humain, Maria Deraismes, Marie Bonnevial, Clémence Royer et tant d’autres, aidées par des hommes de convictions et de progrès, au premier rang desquels Georges Martin.

Partout, ici comme ailleurs, un long chemin reste à parcourir pour atteindre cette égalité au quotidien. Dans le même temps, massacres, exécutions, discriminations, intégrismes politiques et religieux, autant de manifestations d’obscurantisme et de fanatisme doivent mobiliser toutes les femmes et tous les hommes de Progrès.

Alors, ces « Journées du Patrimoine » permettront, certes, de présenter temples, objets, décors…..témoins de plus de 120 ans de travail en mixité, mais aussi et peut être surtout de répondre sans fard aux interrogations des visiteurs concernant la Franc-maçonnerie en général et Le Droit Humain en particulier face aux problèmes de notre temps.

Michel Meley
Président du Conseil National


 

Les conférences-rencontres à 14h00, 15h30 et 17h00
(SAMEDI et DIMANCHE)

 

Les Journées du Patrimoine s'ouvrent aussi, pour la première fois, dans notre Temple de Marseille (164, Chemin Saint Jean du Désert- 13005) les 20 et 21 septembre 2014.

Clôture du Convent 2014


Michel MELEY a été réélu à l’unanimité Président du Conseil National de la Fédération française du DROIT HUMAIN, à l’issue du Convent (Assemblée Générale annuelle)
 
Dans son allocution de clôture, le Président a présenté les grandes orientations et manifestations publiques futures du DROIT HUMAIN de France qui ambitionne de demeurer le fer de lance de la mixité, réponse à bien des problèmes de notre société.
 
Mais alors que le paysage maçonnique est en pleine évolution, dans une société en proie au désenchantement, pour ne pas dire au désarroi, Michel MELEY a surtout appelé de ses vœux une « union sacrée » des Francs Maçons, au delà des particularismes obédientiels.
 
Solidement fédérés par leurs principes et leurs valeurs communes, ils doivent être des veilleurs et s’employer à concevoir puis mettre en œuvre, ensemble, les moyens d’une réelle mutation. La société doit pouvoir compter sur eux et le savoir.
 
Au cours de ce Convent, les 692 députés des plus de 17000 membres ont adopté la synthèse de leurs travaux de l’année écoulée sur le thème : « L’utopie peut-elle encore être un moteur au XXIème siècle ? »
 
L’intégralité du texte est disponible sur ce site.
 
Les Franc maçons du DROIT HUMAIN s’interrogeront cette année sur l’avenir de la démocratie, en un temps de défiance envers les élus ; alors que progressent abstentionnisme, populisme, intégrismes politiques et religieux, il est indispensable de mobiliser le citoyen dans ses devoirs.
 
PARIS, le dimanche 31 août 2014
-----

 

 
HUMANISME ET PROGRES

La Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte et International "LE DROIT HUMAIN" se situe dans une dynamique conciliant tradition et modernité.
La tradition qui véhicule une foi indéfectible en l’Homme, en ses capacités de progrès, nous réunit autour d’un idéal partagé, celui de bâtir un humanisme fondé sur une véritable éthique des relations humaines.
Notre but est de conduire chacun d’entre nous à mettre sa pensée, ses connaissances, son énergie au service de l’humanité pour travailler à son progrès, pour construire une société où règne l’égalité des genres et l’équité sociale.
Dans cet optimisme du progrès, dans l’idée de progressisme, dans la somme des progrès des connaissances, des sciences, des techniques, dans la prospérité qui en découle, il y a en filigrane la notion de progrès pour l’Homme........Mais.....
Est- ce toujours le cas lorsque l’Homme est contraint de servir une logique financière sans le moindre humanisme ?

Est- ce le cas quand au lieu de voir s’améliorer les conditions de vie nous voyons s’accroître les inégalités, l’environnement mis à mal etc.... ?.

Est- ce encore le cas quand la crise demande toujours plus de sacrifices ? quand elle s’accompagne de la perte d’avantages difficilement acquis  grâce au progrès et à la détermination de nos prédécesseurs ?
 
Cette déception, cette crise traduisent bien plus.....elles sont les stigmates d’une crise de civilisation.

Alors que faire ?

La notion de progrès ne mérite ni d’être idéalisée, ni d’être niée même si certaines utilisations voire déviances sont condamnables.
Si l’on veut qu‘elle ait encore un sens, un futur au 21° siècle il faut absolument dégager des perspectives d’avenir face au désenchantement du monde.
Au fond, s’il y a tout lieu d’être pessimiste à cause des hommes, il y a tout lieu d’être optimiste grâce à eux.
Alors la liberté économique, la loi du marché, le progrès lui- même ne peuvent ni ne doivent oublier un postulat, celui de la valeur de l’autre.
Toutes ces libertés n’ont de réelle valeur que si elles sont bénéfiques à l’homme.

La seule voie pour refonder un optimisme du progrès est d’y introduire une finalité humaniste explicite.

Ainsi que le rappelait Denis Diderot : « L‘Homme est le terme unique d’où il faut partir et auquel il faut tout ramener ».

 

 31 juillet 2014

JAURES, TOUJOURS VIVANT

Voilà un siècle que Jean Jaurès a été assassiné, le 31 juillet 1914, à la veille d’une première guerre mondiale qui fixera pour longtemps l’image posthume d’un Jaurès  martyr de la paix. Sa mort met un terme à son ultime combat pour éviter la catastrophe qu’il pressent et contre laquelle il voulait mobiliser les forces du prolétariat européen rassemblant « un grand nombre de frères Français, Allemands, Italiens, Russes ».

Mais, pour les Francs-Maçons de la Fédération française LE DROIT HUMAIN, commémorer aujourd’hui ce triste anniversaire ne saurait se limiter à célébrer le pacifisme et l’internationalisme de Jaurès avec lequel ils partagent l’idéal d’« une humanité fraternellement organisée ».

En ce jour anniversaire, ils saluent en Jaurès l’infatigable défenseur des libertés, de l’égalité et de la justice sociale, ces valeurs républicaines dont il était convaincu qu’elles devaient fonder « le droit humain » en prolongeant la « République politique » par la « République sociale ».

Ils saluent l’homme d’engagement qui, au service de la République et au-delà des clivages politiques, a combattu contre « les vieux préjugés qui ressuscitent les haines de races et les atroces querelles religieuses des siècles passés », l’homme qui, contre toutes les attaques dont il était l’objet, a courageusement lutté, lors de l’affaire Dreyfus, contre l’antisémitisme, a dénoncé les exactions du colonialisme et a contribué activement en 1905 à l’élaboration de la loi  de séparation de l’Eglise et de l’Etat, la laïcité étant pour lui « indivisible » de la démocratie.

Ils saluent l’homme pour qui le courage en politique « c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense elles réservent à notre effort.., c’est de chercher la vérité et de la dire … de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe.»

Homme du « monde d’hier »,  Jaurès ne saurait rester qu’une figure du passé. Au-delà des récupérations partisanes de tous bords, il nous parle encore aujourd’hui en une période où les nationalismes et les intégrismes menacent la paix du monde,  en une période où la République doute d’elle-même, où l’idéal le cède souvent au réel, où le découragement et la résignation l’emportent sur l’espoir.

Demeurent vivants sa pensée et son message d’universel humanisme que résume son Discours à la jeunesse prononcé à Albi en 1903. Il y appelle « la génération qui se lève » à  réaliser « par une volonté consciente, délibérée et infatigable …  la grande paix humaine », à contribuer à l’ « apaisement des préjugés et des haines »,  à construire « des alliances et des fédérations toujours plus vastes ». Il  y affirme sa confiance en l’homme, une confiance qui « n’est ni sotte, ni aveugle … qui n’ignore pas les vices, les crimes, les erreurs, les préjugés, les égoïsmes de tout ordre …, mais qui sait que les forces bonnes, les forces de sagesse, de lumière, de justice ne peuvent se passer du secours du temps et que la nuit de la servitude et de l’ignorance n’est pas dissipée par une illumination soudaine. »

Jaurès est toujours vivant car il nous invite à retrouver l’espoir :

« Les hommes qui ont confiance en l’homme … affirment, avec une certitude qui ne fléchit pas, qu’il vaut la peine de penser et d’agir, que l’effort humain vers la clarté et le droit n’est jamais perdu. L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. »

Jaurès est toujours vivant quand il nous invite à retrouver le courage :

« Le courage, c'est de ne pas être accablé et de continuer son chemin, … c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel. »

Empreintes

------------------------------------------------

Retour sur la Journée du Progrès
au Salon d'honneur de l'Hôtel de ville de PARIS, le 12 avril 2014

 



Crédits Photos: Piero d'Houin
 
***


1893 : Maria Deraismes et Georges Martin affirment l’égalité essentielle de l’Homme et de la Femme et inventent la mixité de la Franc-Maçonnerie, le premier Ordre maçonnique mixte dont le prélude a été l’initiation de Maria Deraismes en 1882.
      

Communiqués du DH

Communiqué du Conseil National de la Fédération Française...

Salon Maç. du Livre

La TV du DH

Retrouvez-nous au mois de septembre ici même !

 yes

Pour celles et ceux qui ont manqué l'événement, la vidéo est disponible ici en cliquant sur la petite TV du DH.

 
 
Retrouvez-nous aussi sur facebook.com/droit.humain.9

Expression publique

A voir !
CONFERENCE PUBLIQUE diffusée en direct sur ce site   samedi 18 octobre...
CONVENT NATIONAL de la Fédération française du DROIT HUMAIN. Août 2014
Notre Assemblée Générale Anuelle (CONVENT) se tiendra à Paris...
Tenue blanche ouverte à Bastia le samedi 28 juin 2014
Tenue ouverte au public sur le thème : "Pourquoi être Franc-Maç...
Tenue ouverte à Perpignan le 11 juin 2014 à 20H00
Conférencier :  Roger BRUNI, ancien conseiller National de la Féd...
MODIFICATION HORAIRE - Conférence publique à AULT le 6 juin 2014 à 20H00
Conférencier :  André MIGNON, Conseiller National du DROIT HUMAIN Th...
Conférences publiques en Martininique et à la Guadeloupe du 28 mai au 2 juin 2014
Conférences publiques (Président du Conseil National du DROIT HUMAIN,...
Biennale culturelle maçonnique de Bordeaux les 17 et 18 mai 2014
Achives des vidéos des conférences
Catégorie Événements Publics Date à venir...
Conférence publique à Clairac le 10 mai 2014 à 18H30
Salle polyvalente de Clairac, avenue des Déportés - 47320 CLAIRAC En pr...
Conférence publique le 24 mai à Guyancourt
Conférence publique le 24 mai à Guyancourt ( à 15 h).  (Maison...
Conférence publique à Bourg-en-Bresse le 23 mai 2014
120 de mixité au DROIT HUMAIN

Perspectives Sociétales

" Risques sanitaires et principe de précaution"

« Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre et de façon que les effets de ton action ne soient pas destructeurs pour la possibilité future d’une telle vie. ».

En savoir +

A voir et à revoir

Le Droit Humain en France

Le DH, 17 000 membres et 500 loges symboliques partout en France

Visualiser sur la carte

Ceci est la carte des temples appartenant au DROIT HUMAIN.

Les loges du Droit Humain sont implantées sur l'ensemble du territoire, sans oublier l'Océanie.

Près de chez vous:

Visites virtuelles

et venez nombreux visiter nos temples à l'occasion des prochaines Journées européennes du patrimoine!
Septembre 2014...yes
 

POINT DE VUE

APPROCHE CULTURELLE
DE LA MALADIE


 

 Dans notre société de cohabitation croissante entre cultures très diverses, le regard porté sur la maladie se doit d’évoluer. Au-delà de l’efficience des savoirs et des compétences avérés de la médecine occidentale, il s’agit d’instaurer une compréhension mutuelle entre le praticien et le patient, quelle que soit sa culture d’origine. Lorsqu’il lui manque les mots et la maîtrise linguistique pour exprimer sa souffrance et son angoisse, on ne saurait lui imposer la seule rationalité du diagnostic et la technicité des choix thérapeutiques, sans envisager une approche culturelle de sa maladie. Il en va de la clarté des échanges entre les soignants, les patients et leur entourage. Comment, en effet, asseoir la confiance sur une relation univoque, au prix de l’efficacité thérapeutique ? Si s’insérer dans le tissu républicain suppose l’adhésion à la triple devise, Liberté Egalité Fraternité, le champ médical en offre une déclinaison pertinente et renouvelée. 
 
En respectant ce que sont les gens, on diminue leur angoisse et on les mobilise pour guérir.
 
« Il est fondamental de donner des noms à toutes choses, notamment à ses peurs. Il est fondamental que le rôle joué par le détenteur du savoir médical, donc du pouvoir de guérison, se fasse dans le respect de l’autre et dans la connaissance, même minimaliste, de celui qui est en face de lui… Il faut que, dans sa formation initiale, le médecin bénéficie de l’apport de ces formations à la prise en charge de patients d’origine étrangère… La formation continue devrait permettre à chaque médecin français ou étranger exerçant sur notre territoire d’apprécier avec justesse et compétence l’identité culturelle de chacun de ses patients. »[1]



[1] Dr Patrick BOUET, Le Patient, in Pratique médicale et identité culturelle, Rapport de la Commission nationale permanente du Conseil national de l’Ordre des médecins, 18/06/2005.
 

Lire la suite