Pour un vivre ensemble dans la République

PDF : pour un vivre ensemble dans la République juin 2015

Notre démarche de Franc-maçon s’appuie sur l’affirmation de l’égalité de l’Homme et de la Femme et sur la volonté qu’ils parviennent sur toute la terre à bénéficier d’une façon égale de la justice sociale dans une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles.

Le vivre ensemble républicain, dans le contexte historique, politique et social propre à notre pays, s’appuie sur nos valeurs républicaines à vocation universelle : Liberté, Egalité, Fraternité. Il n’est porteur d’aucun dogme. Son organisation respecte la laïcité, comprise comme la séparation des églises et de l’Etat, le traitement égal de tous et le respect de la liberté de conscience.

La République au cœur d’une société en mouvement

Les phénomènes démographiques, l’interconnexion des cultures, le développement inéluctable des communications, des échanges et des migrations, les responsabilités nouvelles liées au progrès technologique nous plongent dans un monde mouvant, de plus en plus exigeant et complexe avec un risque permanent de créer frustrations, rivalités et scepticisme.

Les pouvoirs sont éclatés. Les politiques, autrefois à la tête d’une pyramide décisionnelle, sont aujourd’hui confrontés aux pressions de multiples autres pouvoirs : économiques, médiatiques, associatifs… La décentralisation a multiplié les « centralités ». Les décideurs politiques sont en constante interaction avec leurs équivalents au niveau international sur des problèmes cruciaux à vocation planétaire : gestion des ressources, environnement, crises internationales…

L’idéal démocratique lui même nous engage à défendre dans le monde les droits humains et les libertés publiques, un défi louable et compliqué pour des populations de plus en plus diverses et revendicatives.

Le rôle des pouvoirs publics est de progresser dans ces complexités nouvelles en cherchant à garder vivaces nos principes républicains et à y faire adhérer le plus grand nombre de citoyens.

LIBERTÉ – Libertés

L’enjeu est d’abord la liberté de l’expression dans un espace médiatique prégnant. La parole doit y être multiple. Il faut dégager les supports médias des carcans actuels, des pressions économiques qui conduisent à une uniformisation du langage et de la ligne éditoriale. Un service public rénové de l’audiovisuel, financé par des voies indépendantes de l’audimat, a pour rôle de développer une information plurielle, de contribuer à l’éducation populaire et de garantir la multiplicité des points de vue, sans céder à l’immédiateté et à l’émotion.

Libérer la société, c’est aussi introduire de nouvelles méthodes dans l’enseignement. Celui-ci doit davantage se baser sur le concret, la réflexion personnelle, le débat, en développant le travail collectif et les échanges en réseaux. Les savoirs enseignés aujourd’hui sont ils ceux qui seront utiles demain ? Rien n’est moins sûr, il est donc important d’apprendre à apprendre et de convaincre chaque jeune qu’il devra s’adapter tout au long de sa vie pour pouvoir se préparer aux changements du monde.

La liberté d’entreprendre (économique, associative, culturelle,…) doit être promue, car elle participe du vivre ensemble en dynamisant les initiatives et la vie sociale.

ÉGALITÉ

Le sentiment d’injustice mine nos sociétés. Tout ce qui paraît relever du privilège est insupportable au citoyen.

La lutte contre les préjugés sociaux est prioritaire : éviter toute stigmatisation sur une base géographique, sociale ou ethnique. Il ne doit pas y avoir de malaise à être différent. Aux responsables le devoir de lutter systématiquement contre les clichés qui sont des sources de handicaps pour ceux qui en sont victimes. A eux aussi de veiller systématiquement à soutenir les démarches d’inclusion de tous ceux qui sont différents, victimes de la vie ou marginalisés.

Pour retrouver du crédit, l’élu ne doit plus être un professionnel de la politique doté d’un mandat à vie. Le non cumul des mandats doit être opiniâtrement étendu. Pour certaines assemblées, pourquoi ne pas penser au tirage au sort, comme cela existe déjà dans les jurys populaires ?

Une réforme de la fiscalité, trop longtemps repoussée, doit contribuer à une politique sociale cohérente et redévelopper le sentiment de participer à un destin commun. Au niveau mondial, la convergence fiscale doit être un objectif de la diplomatie, pour réduire des concurrences ressenties comme faussées et redonner des marges de manœuvre à la décision politique.

La question du revenu ou des prestations minimales d’existence doit continuer à être creusée, mais leur acceptation par la population nécessite de respecter un équilibre entre droits et devoirs.

Dans l’enseignement, l’égalité n’est pas l’uniformité. Chacun doit pouvoir se former selon ses talents et son tempérament sans être astreint à un parcours unique préformaté. L’école doit attiser l’appétit d’apprendre au plus grand nombre. Les parcours scolaires ou universitaires doivent comporter de multiples passerelles pour ne pas enfermer les jeunes dans des filières de manière trop précoce et définitive. Les limites d’âge pour l’accession à certaines professions doivent être relevées pour autoriser les réorientations tardives et l’ouverture à ceux qui ont commencé à travailler. Une formation continue renforcée doit viser l’adaptation aux nouvelles technologies et l’accès aux nouveaux métiers.

FRATERNITÉ

La culture tisse des liens entre hommes et femmes d’origines différentes. La politique culturelle doit instaurer en priorité un dialogue interculturel pour découvrir l’Autre dans sa richesse.

Le fait religieux a fait violemment irruption dans le débat public. Objet de manipulations, il est porteur de clivages. L’enseignement du fait religieux est à maintenir dans la neutralité sur la base de ses ressorts historiques et factuels, avec pour objectif de faire admettre par tous , la légitimité de la coexistence de convictions différentes sur la croyance ou la non-croyance.

L’intérêt collectif doit pouvoir se conjuguer avec les aspirations individuelles. Dans ce but, le service civique est une piste. Il doit être promu sous des formes différenciées, adaptables au projet de chacun. Il ne faut pas forcément le réserver aux jeunes, car il est aussi un mode de réinsertion sociale ou de captation de l’énergie des plus âgés. La promotion de manifestations valorisant le vivre ensemble dans la République à l’instar des journées de la Musique ou du Patrimoine, est un moyen de favoriser les échanges dans la société au-delà de toutes les frontières d’âge ou d’origine. Pourquoi ne pas créer une journée du vivre ensemble dans la république ?

En matière pénale, il serait utile de mettre en application des Travaux d’Intérêt Général plutôt que la surpopulation carcérale : le détenu serait utile à la société et moins soumis à des influences néfastes.

Pour une Éthique de la responsabilité

Le citoyen a l’exigence d’être reconnu et entendu. Il a parfois le sentiment d’être considéré comme un être irréfléchi où seul compte son bulletin de vote. La pédagogie du responsable politique se devrait d’associer le citoyen à sa propre réflexion sans l’infantiliser.

L’État doit mettre en avant ses pouvoirs régaliens et afficher une grande rigueur dans leur application. La République doit assumer l’héritage de son histoire et la mise en exergue de ses valeurs. Tout responsable public doit avoir la conscience de ses pouvoirs réels, ceux que lui donnent les textes. Il doit exercer pleinement ses pouvoirs, sans les outrepasser et garder l’humilité dans l’action.

Les politiques ont le devoir d’anticiper les conséquences des évolutions technologiques, les déséquilibres démographiques et sociaux et les risques environnementaux, Par exemple, la France devra mobiliser tous ses moyens institutionnels pour vivifier les petites villes menacées de dépérissement. Cet exercice d’anticipation, s’il est partagé par le plus grand nombre, a une vertu pédagogique en invitant chacun à se projeter vers l’avenir pour le bien de tous.

CONCLUSION

Les principes de la République sont notre meilleur socle commun et nous devons affirmer notre volonté de le dynamiser pour créer l’avenir. Face à un monde instable, notre devoir est de ne pas subir et de mettre notre volonté au service d’un dessein qui ne peut être que commun et partagé parce nous sommes tous citoyens de la planète.

Pour résumer, quelques pistes essentielles :

LIBERTÉ

– développer une information plurielle,

– contribuer à l’éducation populaire pour garantir la multiplicité des points de vue,

– baser l’enseignement sur le concret, la réflexion personnelle, le débat, en développant le travail collectif et les échanges en réseaux.

– promouvoir la liberté d’entreprendre (économique, associative, culturelle,…) qui participe du vivre ensemble en dynamisant les initiatives et la vie sociale.

ÉGALITÉ

– La lutte contre les préjugés sociaux est prioritaire : éviter toute stigmatisation sur une base géographique, sociale ou ethnique.

– Soutenir les démarches d’inclusion de tous ceux qui sont différents ou victimes ou en marge.

– Le non cumul des mandats doit être opiniâtrement étendu.

– Une réforme de la fiscalité, trop longtemps repoussée, doit re-développer le sentiment de participer à un destin commun réel et contribuer au maintien d’une politique sociale cohérente.

– Les prestations minimales d’existence doivent continuer à être creusée, mais elles nécessite nt un équilibre entre droits et devoirs…

– L’égalité n’est pas l’uniformité. Chacun doit pouvoir se former selon ses talents et son tempérament

– L’école doit provoquer l’appétit et le goût d’apprendre au plus grand nombre.

– Les parcours scolaires ou universitaires doivent comporter de multiples passerelles afin de ne pas enfermer les jeunes dans des filières sur la base d’une sélection précoce et définitive.

FRATERNITÉ

– La politique culturelle doit instaurer en priorité un dialogue interculturel pour découvrir l’Autre dans sa richesse.

– L’enseignement du fait religieux est à maintenir dans la neutralité, en mettant en valeur les ressorts historiques et factuels pour faire admettre la légitimité de la coexistence de convictions différentes sur la croyance ou la non-croyance.

– Le service civique est une piste pour rassembler la société. Il doit être promu sous des formes différenciées, adaptables au projet de chacun, sans être réservé aux seuls jeunes, car il est aussi un mode de réinsertion sociale ou de captation de l’énergie des plus âgés.

– La promotion de manifestations valorisant le vivre ensemble dans la République à l’instar des journées de la Musique ou du patrimoine, doit être un moyen de favoriser les échanges dans la société au-delà de toutes les frontières d’âge ou d’origine.

– Pourquoi ne pas créer une journée du vivre ensemble dans la République, les Villes, les Villages, les départements…  en associant TOUS les citoyens?

Il est indispensable de mobiliser l’ensemble des services de l’État, des collectivités locales et des institutions de la république pour une analyse –objective et concertée- des zones de la République qui posent des problèmes quant au “mal vivre” dans la République : recensement des problèmes (religieux, décrochement, caïdat, pratiques souterraines de pratiques extrémistes…) qui donnerait une analyse concrète des problèmes à régler ; on pourrait baser les actions publiques sur les besoins réels et non sur l’application de procédures conçues pour sur la base d’un pays idéal.

Nous contacter

Vous pouvez prendre contact avec nous au travers de ce formulaire. Ce qui signifie que vous avez lu et accepté notre politique de confidentialité sur la protection des données (POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ). Nous essaierons de vous répondre dans les délais les plus courts. Bonne journée.

En cours d’envoi

©2018 Ordre Maçonnique Mixte et International LE DROIT HUMAIN - Fédération française -

L'expérience maçonnique en mixité

Site public du DROIT HUMAIN INTERNATIONAL :  www.droit-humain.org

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de cookies.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?