Journée Internationale pour l’abolition de l’esclavage – 2 décembre 2017

Journée Internationale pour l'abolition de l'esclavage 2 déc 2017

« Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude. L’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes »

(Article 4 Déclaration Universelle des droits de l’homme de 1948)

Alors que le décret d’abolition de l’esclavage en France et dans les colonies a été promulgué le 27 avril 1848, à l’initiative du franc-maçon Victor Schoelcher;
Alors que La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a été signée le 10 décembre 1948;
Alors que la Convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui a été adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 2 décembre 1949, le monde ne devrait plus compter un seul être humain asservi, où que ce soit.

Hélas… Plus de 40 millions de personnes ont été victimes d’esclavage moderne dans le monde en 2016, affirme l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à l’Assemblée Générale de l’ONU le 19 septembre 2017.

La Lybie organise, aujourd’hui même et sous nos yeux, des marchés aux esclaves de migrants sub-sahariens vendus aux enchères. Ne soyons pas complices par notre silence des atteintes à la dignité de ces personnes et des sévices qu’on leur inflige.
Les esclaves modernes, enfants enrôlés de force au travail ou à la guerre, jeunes femmes forcées à la prostitution, hommes vendus quelques centaines de dollars ou d’euros… sont partout, y compris dans le confort feutré et aveugle de nos démocraties.

Les femmes et les hommes francs-maçons du DROIT HUMAIN, au-delà des indignations de forme, s’engagent et combattent pour la défense des libertés de tout être humain.

Respectueux de l’article 30 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 qui stipule « Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés » nous dénonçons ces « crimes contre l’humanité » qui doivent être pénalisés.

Le premier geste dans ce sens peut se faire désormais sur les sites Internet de l’ONU, d’Amnesty International et du Comité contre l’esclavage moderne.

Soyons nombreux à agir, la puissance des individus, rassemblés contre les discriminations, fait toujours progresser la Liberté. Rien n’est jamais acquis. « Seule l’action est la prérogative de l’homme exclusivement » écrivait Hannah Arendt.

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE L’ORDRE MAÇONNIQUE MIXTE INTERNATIONAL

LE DROIT HUMAIN

 

©2017 Ordre Maçonnique Mixte et International LE DROIT HUMAIN - Fédération française -

L'expérience maçonnique en mixité

Site public du DROIT HUMAIN INTERNATIONAL :  www.droit-humain.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?