Ecole et laïcité

INTRODUCTION

La laïcité est, et ne peut être, que si l’école est laïque. Depuis plus d’un siècle, la République et l’école se sont construites l’une avec l’autre, l’école de la République, ciment de la Nation est la source de l’identité française. Valeur fondamentale de notre République, la laïcité est en grande partie entrée dans l’Etat par l’école.

« L’institution éducative doit permettre aux jeunes d’avoir suffisamment de choses en commun pour pouvoir vivre ensemble et d’avoir suffisamment de différences pour constituer une société humaine. » (Michel PAYEN)

MENACES PESANT SUR LA LAÏCITE

La Laïcité, historiquement soumise à de nombreuses et violentes attaques, est aujourd’hui combattue sournoisement, mais ô combien efficacement…

Les attaques ne sont plus directement tournées en direction de l’école publique et laïque, par contre, la réduction drastique, voire la disparition du socle de formation de ses enseignants, entraîne l’oubli des savoir-faire ; et les défenseurs de la laïcité, ne sont plus perçus comme les « Hussards de la République » du début du XX°siècle, mais sont péjorativement traités de « Laïcards ». La Nation s’est développée et unifiée par le partage d’une langue commune apprise dès le plus jeune âge à l’école publique, mais, au nom de la défense des langues régionales, une brèche s’est ouverte à l’école et celle-ci en cache bien d’autres. La paupérisation de la société et le manque de repères entraînent une réapparition des obscurantismes. Le fait religieux se mêle au fait social : insidieusement, les communautarismes gagnent du terrain.

Les notions de solidarité et de coopération changent dans une société plus individualiste, les œuvres péri-scolaires tendent à disparaître. Des ghettos existent dans nos villes, et on supprime toutes les structures de proximité. L’école s’appauvrit : suppressions massives de personnels et de moyens. Les établissements scolaires sont soumis à la concurrence, comme si, à l’image des entreprises, ils devaient être rentables : la porte s’ouvre vers une plus importante privatisation du système éducatif français qui aggrave les inégalités. Si les générations précédentes ont pu s’intégrer grâce à cette politique laïque, militante, menée dans le respect de chacun, les générations actuelles ne bénéficient plus de cet atout, et les migrants arrivés plus nombreux sont encore plus défavorisés. Jusque quand les Francs-Maçons regarderont sans réagir, par les attaques sournoises mais constantes à la laïcité, se détériorer l’école publique qui a été le fleuron de la Nation et a contribué à élever tant de citoyens, sans distinction d’aucune sorte ?

Défendre la laïcité à l’école en quelques mots, pourquoi ?

Pour l’égalité des chances de chacun, pour une école de qualité, pour la cohésion de la Nation, pour l’intégration harmonieuse de ceux qui ont choisi de vivre en France, pour bannir les communautarismes, pour former des citoyens éclairés

QUELLE ECOLE PUBLIQUE LAÏQUE VOULONS-NOUS ET POURQUOI ?

  • L’école publique laïque a la volonté de fonder une éducation nationale sur des notions du devoir et du droit (loi du 28 mars 1882).
  • L’école publique laïque se définit par le fait qu’en dehors de tout programme obligatoire l’enseignement de tout dogme particulier y est banni.
  • L’école publique laïque se définit par son but même : celui de rendre les enfants plus instruits, meilleurs (au sens de respectueux), et indépendants (liberté de conscience).
  • L’école publique laïque se définit par son caractère obligatoire et gratuit, par son principe démocratique, d’égalité et de liberté, en effet c’est la seule école libre puisqu’elle est laïque !
  • L’école publique laïque, lieu de mixité sociale, est l’école de la République où la liberté y enseigne et y est enseignée.
  • Nous voulons une école publique laïque, fondement de notre République.
  • Nous voulons une école publique laïque transmetteur de l’apprentissage des savoirs essentiels.
  • Nous voulons une école publique laïque parce qu’elle favorise la circulation de tout dialogue permettant l’éducation à la citoyenneté.
  • Nous voulons une école publique laïque mettant sur un plan d’égalité les Sciences et les Humanités, la raison et l’imaginaire.
  • Nous voulons une école publique laïque censée raboter les inégalités, creuset de l’épanouissement et de l’émancipation du futur adulte.
  • Nous voulons une école publique laïque parce qu’elle offre à tous les mêmes outils, qu’elle donne à tous une culture commune et qu’elle socialise les élèves issus d’horizons différents.
  • Nous voulons une école publique laïque premier tremplin de la promotion sociale.
  • Nous voulons une école publique laïque où rigueur et initiative donnent l’égalité des chances à tous, sans distinction de sexe, d’origine sociale, religieuse ou ethnique de l’élève.
  • Nous voulons une école publique laïque où se développent pleinement la liberté de pensée et l’esprit critique en ouvrant les portes de l’imaginaire pour construire notre futur.
  • Nous voulons une école publique laïque pour que perdure notre Etat laïc et républicain. Ceci implique une priorité absolue de gestion des deniers publics pour l’école publique.
  • Nous voulons que l’école publique laïque retrouve sa renommée de qualité afin qu’elle redevienne le fleuron de notre République.
  • Nous voulons une école publique laïque car la richesse d’une nation c’est la richesse des esprits.
  • Supprimer massivement des postes d’enseignants contribue à démanteler et démolir l’école publique laïque.
  • Se battre pour l’école publique c’est sauver la Laïcité.
  • Nous voulons une école publique laïque pour affirmer notre humanisme, nos idéaux : LIBERTE EGALITE FRATERNITE

UNE PAROLE ÉMANCIPATRICE À RETROUVER

Si à l’époque de la république conquérante, l’école était fortement investie comme anticipatrice de l’avenir de la société, elle est devenue aujourd’hui une institution plus banale, gestionnaire des besoins en formation et centrée sur la seule adéquation de son action à la demande sociale.

L’école doit réinvestir sa mission originelle et être mobilisée plus encore par l’Etat comme instrument d’éducation et pas seulement d’instruction.

Les Instituts Universitaires de Formation des Maîtres ne sont plus ces pépinières laïques qu’ont été les Ecoles Normales d’Instituteurs, les enseignants se concentrant chacun uniquement sur leur discipline et sur les techniques de transmission des savoirs associés.

L’Ecole de la République doit, dans l’esprit de l’humanisme laïque, redevenir émancipatrice

Il est de notre devoir, à nous Francs-Maçons de la Fédération Française Le Droit Humain, de défendre une école laïque favorisant le « vivre ensemble » et qui peut, face à l’individualisme, rappeler qu’il existe un intérêt général qui doit sublimer les intérêts particuliers.

La laïcité loin d’exclure et d’humilier, doit être l’école de l’intelligence dont Jean ROSTAND disait qu’elle « vise à former les esprits sans les conformer, les enrichir sans les endoctriner, les armer sans les enrôler » et ainsi « leur donner le meilleur de soi sans attendre ce salaire qu’est la ressemblance ».

©2017 Ordre Maçonnique Mixte et International LE DROIT HUMAIN - Fédération française -

L'expérience maçonnique en mixité

Site public du DROIT HUMAIN INTERNATIONAL :  www.droit-humain.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?